La politique africaine se féminise


La politique africaine se féminise de plus en plus, en Ethiopie ou au Rwanda le nombre de parlementaire femme est de plus en plus impressionnant rivalisant avec certains pays d'Europe, les surpassant parfois. #ethiopie #rwanda #femmes #egaliteparlementaire #blackfeminism #afrofeminisme #droitdesfemmes #feministes



Meaza Ashenafi, présidente de la commission électorale nationale en Ethiopie

La parité parlementaire de plus en plus forte


Ainsi au Rwanda il y aurait 61% de députés femmes, un chiffre impressionnant qu'on aimerai voir possible un jour en France. Quand au Mozambi ou à l'Ethiopie, le premier comptabilise la même féminisation parlementaire que la France, et l'autre la talonne. Ce ne sont pas des exception, le Zimbabwe, le Cameroun, l'Angola, le Soudan, l'Ouganda, le Burundi, la Tunisie rivalisent de très près dans l'apport d'oestrogène dans leurs politiques.


Des réseaux masculins toujours puissants


Dans une interview dans Le Monde, l'historienne politique kenyane Anaïs Angelo explique que "Derrière les systèmes politiques, il y a des réseaux masculins très puissants qui sont aussi difficiles à bouger que les mentalités d'une société." Elle considère également que "la colonisation à affaibli le rôle politique que les femmes avaient dans les sociétés pré coloniale".


Un espoir contre les violences faites aux femmes


Leurs nombres dans les hémicycles sont de plus en plus nombreux, cependant, elles ont encore beaucoup de mal à faire changer les choses pour les populations. En arrivant au pouvoir, elles intègrent un système politique dans lequel la radicalisation les marginaliserait. Du coup, certaines violences aux femmes persistent comme en Afrique du Sud par exemple où les actes de féminicide sont cinq fois plus nombreux que la moyenne mondiale. Pourtant nombreux dirigeants, comme Abiy Ahmed, le premier ministre Ethiopien, forment des gouvernements paritaires, et investissent les femmes sur des postes régaliens. Selon les féministes locales, comme Sehin Teferra, cofondatrice du mouvement Setaweet, il y aurait beaucoup de choses à changer en Ethiopie "la violence domestique est galopante et les violences sexuelles ont atteint le point critique". Que les gouvernements s'emploient à féminiser l'action politique, permettra de faire évoluer la société lentement vers plus de paix pour les femmes.



© 2018, Magali Tranchant