La contraception masculine : La vasectomie, un choix bio et responsable

De la même manière que les femmes des années 70 réclamaient à être maitresse de leurs fécondités en réclamant le droit à la contraception et à l'IVG, l'homme de l'an deux milles marchent dans les pas de sa mère et réclame d'être acteur de sa fécondité et de sa sexualité. Il n'est plus objet d'un assujettissement non voulu mais acteur de ses choix et de ses responsabilités.





La pilule masculine des années 90

Dans les années 90, des recherches démarrées pour la commercialisation d'une pilule masculine, elle s'administrait par piqûre, celle-ci n'offrait pas suffisamment d'assurance pour les risques de santé par rapport aux bénéfices qu'elle offrait aux hommes. Alors qu'on constate cependant, que la pilule féminine a causé de nombreux domages de santé notamment en 2012 sur les femmes qui les prenaient. Depuis les années 90 la pilule masculine n'a toujours pas trouvé une forme valable pour le marché pharmaceutique, une alternative est en cours de recherche, la contraception masculine Vasalgel qui administre par une seringue un gel obstruant l'urête durant un mais petit à petit l'idée de la vasectomie a fait son chemin et s'est développé en particulier au Canada, pays particulièrement en avance à l'égard du droit des femmes. Plusieurs alternatives sont proposé par les scientifiques et ont passés de nombreux tests cliniques, la contraception masculine Vasalgel qui administre par une seringue un gel obstruant l'urête durant un an ne présente aucun effet secondaire qui explique le retard de sa sortie initialement prévue en 2016. Quand aux pilules hormonales quotidiennes pour hommes développé par la BioMed ou par l'université de Washington par cachet ou par gel, elles agiraient sur l'humeur de quelques cobayes ayant des effets de dépressions ou de troubles érectiles.



La vasectomie tendance féministe 2019

Paris Match publié le 28 avril 2019 un article très développé sur ce sujet, et oui, il n'y a pas que des potins de stars sur Paris Match. Un article de société qui observe ce nouveau phénomène qui vient en France comme de plus en plus nombreux autres médias. La vasectomie est devenue la tendance 2019 des hommes féministes, responsables et bios. Des journaux de toutes sortes se passent le relais pour s'intéresser à cette question, surement parce qu'elle sujette à sensation. La vasectomie aurait pour effets positifs de diminuer les risques de santé dues aux prises hormonales, aux IVG gâtés, aux grossesses non désirés, elle propose une alternative naturelle et sans risque pour le partage des responsabilités de fécondité.





La stérilisation plus répandue au Canada

Au Quebec chaque année environ 13 500 hommes pratiquent cette intervention qui ne dure que 10 minutes et qui est parfaitement indolore. Ce sont donc environ 19% des hommes sexuellement "actifs". Ils sont 30 000 par an pratiquer la même opération en Espagne contre seulement 5000 par an en France. Selon les témoignes récoltés sur Paris Match, beaucoup des hommes qui choisissent de contrôler leurs fécondité serait déjà en couple, et déjà parents. Ils souhaitent dans la majeure partie des cas, être maitre de leurs corps, ne plus avoir d'enfant, et éviter un accident. Certains ont fait ce choix à cause de complications médicales subis par leurs compagnes suite à une longue prise de contraceptifs variés, quand d'autres préfèrent prendre les devants et partager la responsabilité de la contraception dans le couple. Pour le docteur Vincent Hupertan, urologue et sexologue "Cette contraception bio peut sauver des couples. Elle permet une renaissance sexuelle." L'opération est autorisé en France depuis 2001, elle était considérée auparavant comme une "mutilation" comme toute intervention médicale sans bénéfice thérapeutique, la loi française impose un entretien préalable, un délai de réflexion de quatre mois et un consentement écrit. Enfin on peut congeler son sperme si on a peur de se retourner.





Les risques des contraceptions féminines

Bien qu'on nous dira souvent que les risques de cancer et de complications médicales sont rare lors de la prise de contraception féminine. En 2012, les contraceptifs hormonaux de troisième génération avait été déremboursées par le ministère de la santé français en rapport au risque accru de phlébite et d'embolie pulmonaire, ce qui a permit de mettre en lumière un problème de risques de santé que l'on considère avoisinant les 5% pour la majorité des pilules remboursés. Les problèmes de santé lié à la contraception sont tantôt niés, tantôt amoindrit, et même s'ils ne concernent qu'un petit nombre de femme, il s'agit d'introduire dans son corps des perturbateurs hormonaux qui agissent sur le corps, en déréglant le système menstruel ce qui a tout de même des conséquences pour le corps de la femme. Il reste aussi pour les femmes la possibilité de choisir la ligature des trombes, mais, vu le panel de contraceptions disponibles pour les femmes vous comprenez que l'opération est bien moins populaire que la vasectomie.




© 2018, Magali Tranchant