Féministe, le port du voile ?






Voici une question épineuse qui fait bondir les féministes, et pour laquelle je ne me suis jamais prononcé publiquement. J'ai toujours évitée le sujet, tout d'abord, parce que tout au long de ma vie, j'ai eu des amies musulmanes toutes plus ou moins pratiquantes. Ensuite, parce que de mon temps, c'était "mal" de jugé un individu sur ses origines. J'ai grandie dans une petite ville, c'est vrai que je n'ai pas connus les problématiques des banlieues dont la délinquance est à mon avis plus le résultat du nombre d'habitants au kilomètre carré que des origines de sa population.




On a tous une bonne copine musulmane ?


J'ai eu une première amie au Mans qui était musulmane pratiquante. Elle m'expliquait son choix, de ne se couvrir la tête que pour certains événements, mais gardé les cheveux fermement serré le reste du temps, surtout pour ne pas choquer les gens. J'ai connu une jeune métropolitaine convertie à l'Islam. Elle se couvrait la tête, et elle était fière de son choix, de ce qu'elle considérait comme sa culture et sa religion. Et ça n'était ni le choix de sa famille, ni celui d'un petit copain mais le sien uniquement. Elle avait grandit dans une cité dans laquelle il n'y avait que deux enfants blonds (elle et son frère) tout ses copains étaient musulmans, toute son enfance et son adolescence, elle a baignée dans cette culture que je dois dire, vue de l'extérieur, à un très jolie folklore. Une autre camarade de lycée a quand elle due refuser le choix familiale du mari. C'était un choix difficile, m'avait elle confiée, parce que vis-à-vis de sa culture, elle se couvrait de honte en refusant le mariage. Sa famille ne l'a pas forcée outre mesure, on lui a proposé un mari.


L'universalisme ne peut se faire que par la pluri-ethnicité


Alors voilà, en tant que féministe, est ce qu'on peut ou doit montrer du doigt une culture qui n'est pas vraiment la notre ? Je crois que le féminisme devrait respecté la liberté de conscience qui se traduit dans le choix de porter ou non le voile de l'Islam. Je crois que les femmes musulmanes et même pratiquantes, sont capable de se battre pour leurs droits autant que les athées ou les chrétiennes et cela sans faire de propagandes. Le port du voile musulman n'empêche en aucun cas la pensée féministe. Ça serait hypocrite de ma part, en tant que féministe, de considérer mes anciennes amies comme des fanatiques d'un autre monde. L'universalisme ne peut se faire que par la pluri-ethnicité, la pluri-culture se retrouverai comme une valeur majeure des droits universels.


L'Islam stigmatisé dans l'obscurantisme


C'est vrai qu'avec les événements terroristes des dernières années, cette religion qui avait du mal à se faire accepter se retrouve stigmatiser dans l'obscurantisme. Cependant, une discrète révolution féministe musulmane pointe son nez, depuis quelques années et en toute discrétion. Des femmes musulmanes (voilées ou non) autant instruites que des chrétiennes ou athées, sont en train de faire leurs places dans le marché du travail et tente d'y faire accepter leurs cultures.


N'y a t-il qu'une seule voie vers la modernité, et l'universel ? Le monde change de plus en plus vite, et les oubliées d'hier demandent à être les premières de demain. Quelque soit leurs cultures, leurs religions, leurs origines sociales, le droit des femmes est le même partout. Le féminisme musulman travaille sur des questions qui lui sont propres. Personne n'interdit les chrétiennes de faire du féminisme et pourtant elles sont autrement plus dangereuse pour les droits de la femme, il n'y a qu'à voir les propos de la ministre brésilienne Damares Alves du gouvernement Jair Bolsonaro dont la politique chrétienne se rapproche de plus en plus du régime nazi que de l'humanisme universel.


La révolution féministe musulmane avec Nadia El Bouga


Je suis certaine que l'occident aura beaucoup a apprendre d'une révolution féministe différente de la notre. On reste d'accord sur le fait que le port du voile doit être un choix personnel sans menace ni contrainte, qu'il faut se battre contre les mariages forcés, et que tout ce qui n'est pas du libre choix des femmes devraient être interdit. Je pense que dans le futur, ce sera grâce à ces féministes musulmanes que l'Islam pourra se déradicaliser et s'inscrire dans la culture et les valeurs universelles de l'Europe avec ou sans voile.


Selon Nadia El Bouga "être féministe c'est lutter pour le droit des femmes, qu'il soit politique, social ou spirituel ... On peut être féministe et porter le voile". En revendiquant sa liberté de raisonnement et son engagement féministe malgré le port du voile, Nadia El Bouga, sexologue, féministe et musulmanne, nous rappelle que la lutte pour le droit des femmes, c'est avant tout laisser aux femmes le droit de faire des choix qui leurs sont propres.

0 vue

© 2018, Magali Tranchant