Des rituels d'impuissance sexuelle pour les violeurs

Quand une femme se fait violer, elle doit faire le choix entre porter plainte et risquer de devenir la cible des reproches, ou se taire et rester dans le rôle de la victime silencieuse et sans autre moyen de se défendre.







Un choix limité pour les victimes de viol


Malgré que la loi interdisant le viol a presque 50 ans, l'inquisition est encore de mise envers les victimes qui dénoncent les violeurs. Elles se retrouvent doublement violenté alors, une fois dans le viol en lui même, et ensuite par les discriminations et différents harcèlements que subissent les victimes de viol qui dénoncent leur violeur. Je trouve, pour avoir expérimenté les viols et les harcèlements pro-violeurs, que la deuxième est pire que la première, quelque part le viol n'est qu'un mauvais moment à passer qui laisse une trace sur l'estime de soi mais on peut s'en remettre, le harcèlement des défenseurs du viol comme domination patriarcale, ceux qui sont de toutes manières toujours du côté du violeur, est une violence beaucoup plus pénible à vivre, car ils ont bien l'intention de vous bannir de la société pour la vie ! La deuxième est plus forte avec les années, alors que la première s'atténue avec le temps.


Un combat procédurié pénible pour les victimes de viol


Porter plainte pour viol s'en avoir pris un avocat avant relève du suicide judiciaire. Déjà que seulement la très grande majorité des violeurs ne sont pas commandé, sans avocat, à moins de s'être fait torturé, c'est difficile à prouver, et pour la police s'est peine perdue d'avance. La plupart des viols on le sait, ont très peu de chance d'être traduit en justice. Et pourtant même pour une relaxe, c'est laisser la victime s'exprimer sur ce qu'elle ressent et boucler la boucle. Faire le deuil d'un viol après un passage chez monsieur le juge, j'imagine doit être plus facile parce qu'on a eu l'occasion de mettre les faits sur la table et d'en discuter avec des personnes de droit. Ça doit aider à prendre de la distance. Je dis ça dois, car bien qu'ayant expérimenté le viol, la plainte, le harcèlement qui va avec, mes procédures à moi finissent toujours dans le fond de la poubelle, enfin, pardon, ne sont pas traitée. C'est pourquoi j'ai développée d'autres ressources.


La ressource ésotérique à l'arrêt secousse des femmes bafouées


Face à la violence du viol et de son package (mise à l'écart, non justice, harcèlement voir lynchage social), il y a des options comme le recours à un avocat, ou à la psychanalyse, mais je crois qu'on peut aussi envisager la magie noire sur toutes les palettes de la vie personnelle des coupables. Le sort le plus marrant à faire mais le plus difficile à vérifier, étant surtout celui de l'impuissance sexuelle, mais il en existe une large gamme à en croire le site E-VOODOO.NET qui présente les rituels vaudou comme un solution aux frustrations du monde moderne. En effet, si l'efficacité d'un sort ne peut être garantie, le rituel est un exutoire dans lequel on projette nos souffrances sur ceux qui nous les ont affligés, on a l'impression ainsi que l'on peut renverser le cours des choses. Quelque soit le résultat, on se défoule, et quand le résultat arrive alors on peut enfin lâcher très fort ou tout bas un bon vieux "Bien fait pour toi".





Une alternative vaudou qui mérite réflexion


Sur ce site, il y a des rituels de vengeance, des rituels de justice si jamais on préfère qu'il soit jugé devant la société des Hommes, comme milles et une façon de lui faire mordre la poussière, et pleurer sa mère car après tout comme le chantait Nina Simons "I cry a river over you" ("J'ai pleuré des rivières avant toi"). Et même si les tarifs sont élevés, mais un avocat ou un psychologue coûtent aussi très chers, et on reste tout aussi incertain du résultat qu'avec les exercices de parapsychologie. Je pense que l'alternative ésotérique à l'arrêt secousse de femmes bafouées vaut le coup et mérite qu'on y réfléchisse sérieusement, les avantages à celles ci sont nombreux : en premier il y a une vraie jouissance défoulatoire dans le fait de faire du mal à quelqu'un qui nous a fait mal, ensuite même si on n'a pas toujours le résultat escompté, on peut assez souvent avoir un sous résultat ou un demi résultat, au lieu dans chier beaucoup, il en chiera un peu, et c'est déjà pas mal.



Une étude insolite sur 220 personnes à prouver que lorsque l'environnement professionnel est oppressant, les alternatives de transposition (comme les poupées vaudou, ou les jeux virtuels avec la tête de votre patron) permettrait de "maintenir la justice […] parce qu’elle maintient l’équilibre de la société", explique Lindie Liang, chercheuse en ressources humaines à l’université Wilfrid-Laurier de Waterloo, en Ontario. Voilà qui ferait revenir l'épanouissement au travail. Si cette idée a pu se développer au sujet du cadre professionnel, je suis sure qu'elle est autant valable dans la sphère du privé et du très intime qu'est le viol.

© 2018, Magali Tranchant